Les 10 mangas qui m’ont le plus marqué 02

Ranma 1/2 – Rumiko Takahashi – Éditions Glénat

Il fut un temps où Glénat et Tonkam furent, à mes yeux, les meilleurs éditeurs de mangas ! Dans les années 90, très peu d’acteurs se partageaient le marché, le tour était vite fait. Glénat proposaient beaucoup de mangas ayant eu une adaptation animée (Dragon ball…)  et Tonkam, des choses qui sortaient de l’ordinaire (RG Veda…).

Ranma 1/2 fut un véritable révélateur de la puissance de la bande dessinée nippone.

Sens du rythme, du découpage, spatialisation, attitudes des personnages, un encrage élégant… sans oublier l’humour, je fus conquise. Cette BD me confirma dans  ma passion pour dessiner mes propres œuvres, un long chemin tortueux fait de multiples croisements.

Les corps que dessine Rumiko Takahashi sont sublimes, les détails de la vie quotidienne font mouches, malgré un fossé culturel entre la France et le Japon. Le non-sens apporte énormément aux relations entre tous ces protagonistes d’une infinie variété. Si je ne devais pointer d’un défaut, quelques longueurs pour reculer le dénouement de l’intrigue principale.

J’en ai recopié des planches, tenté d’appliquer ce que je comprenais et voyais à mes propres scénarii. Le personnage de Kodachi – la rose noire – a été longtemps ma préférée : entre élégance et insolence, ténacité, grâce et bêtise, GRS, roses et sentimentalité. Et puis, sa queue de cheval, typique de cette époque (comme Madoka, du manga Orange road…).

Ranma 1/2 demeure un classique de la comédie d’échange de corps sur fond d’arts martiaux aux techniques farfelues.








Un commentaire pour “Les 10 mangas qui m’ont le plus marqué 02”

  1. Ah, j’ignorais que tu participais à cette chaîne, j’ai hâte de lire tes autres articles sur les manga qui t’ont marquée :D !!!

    On dirait que pour Ranma 1/2, tu n’es pas la seule artiste à avoir été marquée jusqu’à recopier des planches! J’ai souvent vu ça pour des Américain-e-s du Nord, plus que pour des Français-e-s (Balak dit l’avoir fait apparemment, dans Atom 6).

Laissez un commentaire