Nattasha et les prétendants

J’ai réalisée cette vidéo à la demande de Myriam Morand, pour présenter son roman : Nattasha et les prétendants.

Il sera bientôt disponible en version papier (sur Lulu.com) et ebook (Kindle). Pour plus d’informations, je vous conseille son site internet, mine d’or autour de son travail créatif, ici.  sur En collaboration avec tous les artistes cités.

Cette vidéo contient les illustrations de : Daisy-Flauriossa, Nominee84, Sandra Charlet, Shuangwen, et Mylène Ferry.

Musique : « Magic forest » Kevin MacLeod (incompetech.com) Licensed under Creative Commons: By Attribution 3.0 License

Nattasha et les prétendants fait partie de la saga : Les chats de Toskalie, qui comprends : Sofia et les bâtards et Avavilka et les arcontes. Un 4e opus serait en cours d’élaboration !

Index d’Hurlement Aphone

Voici rassemblées, dans ce tableau, toutes les planches qui composent le premier chapitre Hurlement Aphone, de ma BD le Verbe noir.

Le verbe noir, encrage (encore)

Je poste peu de planches complètes du Verbe noir sur ce blog car elles sont disponibles à la lecture en ligne (et gratuite) sur Mangradraft et Amilova. Je préfère proposer pour l’instant des aperçus du travail en cours. Pour cette fois-ci, l’encrage !

Planche, pas à pas

Je vous propose de découvrir une planche terminée et scannée avec quelques photos prises des différentes étapes : brouillon, crayonné propre puis l’encrage.

Planche terminée et scannée :

Brouillon assez détaillé et reprise au propre :

Crayonné propre :

Détail de l’encrage en cours :

Encrage terminé :

Détails :

Les insoumises de Toryome

J’ai  réalisée cette vidéo à la demande de Myrima Morand, pour présenter le roman en deux parties  : Les insoumises de Toryome.

Les livres sont disponibles en version papier (Lulu) et ebook (Kindle). Plus d’informations sur www.feliane.com

En collaboration avec tous les artistes cités. Les illustrations de : Sandra Charlet, Sara Biddle, Shuangwen, SoniaMS, Maelis, Hellga, Mashiiro, Eonforgery, Irene Roga, Alexiela, Telmand, Scarlett Aimpyh, Charlie Bowater, Mylène Ferry, Chernotrav, Nominee84.

La musique : « Malicious » Kevin MacLeod (incompetech.com) Licensed under Creative Commons: By Attribution 3.0 License

Le manga dans l’espace franco-belge

Le 26 septembre, je participerais à une table ronde intitulée « Le manga dans l’espace franco-belge », organisée par extraordinaire BiLA : Bibliothèque des littératures d’aventures, près de Liège.

Le lieu regroupe de fabuleuses collections de livres de genres (romance, science fiction, ….) et prend soin de les conserver afin de les mettre en valeur grâce à de multiples éventements.

Cette table ronde termine en beauté l’exposition consacrée aux mangas. Plusieurs personnes seront présentes pour en discuter :  Edith Culot, historienne de l’art et membre de l’équipe du Centre d’Études japonaises de l’Université de Liège (CEJ),  l’équipe de la librairie spécialisée Kazabulles de Liège  et moi-même.

Plus d’informations.

Les 10 mangas qui m’ont le plus marqué 04

Gunnm – Yukito Kishiro – Éditions Glénat


Ce ne sera que le 3e manga publié dans les années 90 des éditions Glénat qui fait partie de cette liste ! À cette époque, le marché de la bande dessinée nippone était beaucoup moins vaste. Moins de titres, des tirages plus importants avec la chance de voir les livres atterrir dans les campagnes.

Gunnm, c’est un choc. L’ange de la mort, une créature qui m’a poursuivie dans des rêves fiévreux durant des années. Je l’ai tellement lu que les pages ont jauni aux endroits où je posais mes doigts. L’ensemble de l’œuvre entra en écho avec mes préoccupations adolescentes et aussi, me faire découvrir un autre monde, me conforter dans mon envie de me plonger dans la littérature de science-fiction (avec des titres poétiques comme Je chante le corps électrique, Les yeux de Oo…) et m’aidant même dans certaines décisions sur mon orientation, au sein de mes études. Car oui, la filière S (scientifique, en France), puis la fac de sciences physiques ont découlé de Gunnm. À défaut de devenir cyber-docteur comme Ido, le « père » de Gally, je pouvais tenter de m’en rapprocher. Mais voilà, je me trouvais coincée entre l’envie de poursuivre les sciences et de découvrir le monde de l’art, et bien d’autres choses (la difficulté de choisir…).

Au collège, j’ai dessiné, dessiné et redessiné les scènes d’actions, les multiples détails organiques mêlés à la mécanique. Le goût des chairs sacrifiées, modifiées, du bodyhorror s’est imprégné en moi. Tout ce qui touchait au cyborg me passionnait. Et plus loin : pantin, robot, marionnette, automates ont pénétrés mes questionnements. L’humain fabriqué, l’humain modifié, l’humain amélioré.

Les références philosophiques glissées par le mangaka ont su titiller ma curiosité. Le morbide avec. Un effroi total pour mes parents. Des hurlements, des cris et la promesse de bien travailler à l’école pour « continuer à lire des horreurs ». Je pense que ce manga, surement à cause des images (les livres de SF passaient plus inaperçus) a montré la fracture qu’il existe entre mes géniteurs et moi-même et le fait que même maintenant, nous ne parlons pas la même langue.

Gunnm fait partie des livres qui m’ont éduqué. Ils ont dialogué avec mon esprit, m’ont poussé dans des abîmes de réflexions parfois assez vertigineux, au risque de passer pour une originale auprès des autres. Heureusement que j’avais un livre (manga, roman, ou autre) sous le bras pour arpenter les couloirs des établissements scolaires….

Le graphisme de Yukito Kishiro, bien que très dans l’air du temps (de son époque), demeure très beau, recherché, d’un aspect plus « occidental » qu’ »oriental », loin des graphismes habituels que l’on impute au manga, même si Gally, l’héroïne, possède de si grands yeux de faon, suite à sa renaissance. Les décors sont superbes. Les ambiances angoissantes à souhait. Le manga propose plusieurs personnages aux trajectoires intéressantes, mais aussi pas mal de fous.

Et que dire d’Ido ? Ce personnage a figé mon amour pour les types avec les cheveux courts dressés, le menton long et surtout les petites lunettes ! En vrac : le docteur Egon Spengler ( SOS fantômes), Vash The stampede (Trigun), Xanders et Giles (Buffy)…

Gunnm représente tant que je devrais ne pas l’inclure dans cette série des 10 mangas qui m’ont le plus marqué, mais je craque. J’ai réalisé pas mal de fanarts au collège, des BD inspirés par le motorball, ce qui m’a permis de rebondir vers le film Roller Ball (bonus : Moé, une vieille BD avec… une jeune femme mécanique : ici !). Ah, et Ashman, étonnamment, je possède les deux éditons. Grâce à ce bouquin, je suis allée lire Franck Miller. Des philosophes aussi… brefs, pas mal de choses, en fait !

Je n’ai pas réinvesti dans les multiples rééditions : j’aime garde ma première tout usée, pleins de mes souvenirs. Last order, j’ai eu le malheur d’acheter la première parution, mais hormis quelques fulgurances, j’ai beaucoup moins accroché. Les histoires courtes sont dans ma bibliothèque. L’art book, Ars magna, est en ma possession, mais je préfère le travil à l’encre de l’auteur, plutôt que sa mise en couleur numérique. Quant à Mars Chronicles, je rechigne à me lancer dedans. Beaucoup de temps s’est écoulé entre la première apparition de Gally et cette dernière mouture. Je redoute la déception !

Je reste curieuse du film à venir…