Peintures

Artiste (illustrations, peintures, vidéos, …) je participe à des expositions, pour le moment, collectives au plus proche des habitants, c’est-à-dire dans des bibliothèques, galeries, divers lieux de culture, ou des locaux pour les jeunes.

N’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez exposer certains de mes travaux !

La liste de toutes les expositions auxquelles j’ai participées : ici

Les êtres solubles

Réalisées durant l’année 2003, ces peintures représentes des visions en mode macroscopique d’êtres éthérés, invisibles l’œil nu dont la durée de vie est très courte. Aussitôt nés, les êtres solubles se dissolvent dans l’atmosphère.

Origami Stars

(laissez-moi vos commentaires ici)

Origami Stars est une série de travaux, toujours en cours, dont chaque pièce est réalisée avec un mélange d’acrylique, gouache, vernis et morceaux de pages de vieux livres de poche, sur toile ou carton. Au grès des inspirations, des élucubrations, de nouvelles pièces font leurs apparitions. Il me faut plusieurs jours et pour certaines quelques semaines, car je n’y travaille pas en permanence. Les temps de séchage y sont pour une grande part, mais je prends le temps d’alterner avec mes autres projets, de retoucher, de triturer… jusqu’à ce que je me dise : stop ! On arrête là et on pose le vernis.

L’origami, c’est la feuille plane, symbole de la bidimensionnalité que l’on plie pour obtenir une représentation tridimensionnelle stylisée, simplifiée, miniature[1] d’un élément qui nous entoure[2].

Mon projet reprend ces figures d’organismes animal (poissons, oiseaux, insectes…) stylisées et pliées pour les remettre sur une surface plane. Non pas en dépliant la feuille de papier, mais en représentant le volume par le médium, ici, de la peinture sur un support constitué de pages de livres déchirés.

Les figures sont peintes flottantes, comme en apesanteur dans l’univers infini engendré par les coups de pinceau et les collages. Dans cet espace bidimensionnel, les origami deviennent des organismes libres qui voyagent dans des univers oniriques, des dieux de papier[3] qui traversent les dimensions, l’espace et le temps.

Tout cela est possible grâce à un travail sur les volumes, les lumières, les cadrages et la chair «du papier» des dits origami. Donner une présence au fond, l’accorder avec les formes…

« Dépliez un origami et observez ses plis – vous verrez tout un ensemble de polygones liés ensemble. Lorsque l’origami est formé, c’est ce qu’on appelle un polyèdre, une figure en relief comportant de nombreuses surfaces planes ; et lorsqu’il est mis à plat, ses plis exposés, c’est ce que nous autres mathématiciens appelons une variété bidimensionnelle. Considérer un origami comme une variété ouvre tout un champ de possibilités extrêmement intéressantes. C’est, à l’origine, ce qui m’a attiré vers l’origami »[4], explique Azuma Hideaki, mathématicien et créateur d’origami, dont les travaux sont autant des œuvres d’art que des outils scientifiques.

[1] Quelques maîtres en origami réalisent des pliages complexes taille réelle, mais ce n’est pas le plus courant.
[2] Je ne parle ni des animaux préhistorique, ni des animaux légendaires.
[3] Le terme «ORIGAMI» vient du japonais «ORU» qui veut dire «plier», et «KAMI» qui veut dire «papier».
[4] Source : http://www.sens.fr/tradi/sensible/origami-art-entre-mathematique-et-art-contemporain/

D’autres informations sur l’origami :
http://www.ordigami.net/liens
http://mfpp.free.fr/mainmenu.html

En Octobre 2011,  participation au concours de peinture pour l’ouverture de la Manga school de Nakano :

Ces toiles sont à vendre…